Ben Mazué, l’amoureux des mots

On m’a récemment fait découvrir Ben Mazué et j’ai tout de suite accroché. Accroché à quoi ? A ses textes, ses poésies, sa voix, son style… Son style justement, comment le définir ? Entre slam français et folk je dirais : à mi chemin entre le chanté et le parlé.

Le pionnier du slam français aujourd’hui n’est autre que Grand Corps Malade que vous connaissez certainement. Cette métaphore des histoires d’amour avec les voyages en train, ça vous dit quelque chose ? 😉 (chanson que j’adore au passage).

 

Pour revenir à Ben Mazué, j’avais envie de partager sa musique avec vous car c’est un vrai pansement pour le cœur. Il s’agit d’un artiste très doué dans son domaine où chaque mot et chaque note sont à leur place. Ben Mazué c’est un peu ce poète « dans l’air du temps » (hahaha) qui à des choses à raconter et qui les raconte bien. Ses textes dégagent une certaine sensibilité, ce sentiment de « cette chanson a été écrite pour moi ». Il raconte la vie à sa manière, l’amour des mots et des gens et c’est vraiment très beau.

Je vous laisse avec quelques uns de mes extraits préférés :

Un mot qui sonne et je sors du décor,
Une phrase où t’es sincère, voilà mon œil qui se serre.
J’adore quand t’écris, j’adore aussi les lettres, vieilles, parce qu’elles sont planquées,
Précieuses parfaitement rangées, que je relis quand je déménage en tremblant sur mon lit.
Un peu de solennité moins d’humeur,
Une phrase ou deux et tu peux me faire n’importe quoi.
J’sais pas pourquoi à ça j’y crois, même si j’suis souvent déçu.

[…]

Fais-moi lire des mots qui touchent.
Écris-les n’importe où.
Fais les mêmes sortir de ta bouche.

Les mots qui touchent

Bien sûr que c’est la vie
Bien sûr que c’est très commun
On se lie, on se délie, et puis
Il y en a toujours un pour dire qu’on n’y peut rien
Que c’est ancestral et tout
Qu’en fait on fait pas mieux que ceux d’au-dessus de nous
Moi j’trouve qu’on a couvert du terrain
Qu’on s’aime un peu mieux qu’hier et c’est bien
Même si ça coûte au quotidien, ça coûte

Je regrette

D’abord, il y aura le manque.
Collé à la peau, chevillé, à nous pourrir la vie, chacun de son côté.
À questionner ce choix, celui d’être parti, et de s’être quitté.
Comme si c’était pas assez dur de se séparer, de changer d’existence, d’accepter de renoncer à l’éternalité de notre co-résidence.
Tous les moments, tous les endroits, se feront l’écho de notre histoire aussi.
Nous rappellerons une anecdote et viendront à l’envie, déclencher un auto-tsunami.

[…]

Cette obsession amère, cette souffrance continue, cet appétit désert, le monde qu’on regarde par-dessus.
Tantôt on vole, tantôt on chute.
Souvent on chute, la tête en bas

La résiliation

Mais le mieux est encore de l’écouter en entier :

 

Son site Internet – Sa  chaîne YouTubeSa page FaceBookSon page Deezer

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s